Le Classico contre le FC Porto qui s’est soldé sur une victoire encarnada 2-1 a non seulement été marqué par la montée du Benfica à la première place du championnat, mais aussi par le 150ème match de Andreas Samaris. Pour ce record personnel qui marque la moitié de sa carrière de footballeur au Benfica, l’international grecque s’est confié dans des déclarations exclusives à BTV.

« Je suis fier. C’est quelque chose que je ne rêvais même pas quand j’ai commencé à jouer, quand j’ai commencé à devenir un joueur professionnel en Grèce. Ce Classico a également marqué le 300ème match officiel de ma carrière, j’ai donc joué la moitié de ma carrière ici. Et j’en suis fier » a déclaré le milieu de terrain.

João Félix et Rafa sont les deux joueurs qui ont donné la victoire au club encarnado pour le duel de samedi dernier, mais Samaris a également eu un rôle important dans cette rencontre, une de ses interventions fut décisive : le tacle qui a empêché le centre de Manafá pour Herrera dans la surface de réparation lors du dernier quart d’heure.

« La plupart du temps notre travail n’est pas visible sur le terrain, mais des actions comme celles-ci peuvent être décisives dans un match. D’une certaine manière j’ai de la chance que nos supporters prennent cette action comme un but. J’espère faire encore plus ce genre d’actions pour que notre équipe gagne. J’étais dans cette position, la passe était très bonne, j’ai étiré la jambe et je suis arrivé à dévier le ballon, heureusement que je suis grand » a rappelé l’international grecque, au service du Benfica depuis la saison 2014/15.

A présent aux commandes de la Liga NOS depuis la victoire contre Porto, Samaris assure que rien ne change et qu’il y a encore beaucoup de chemin à parcourir avant d’obtenir le résultat final.

« Rien ne change. On est maintenant à la première place, mais au niveau travail, concentration, et ambition, rien ne change. Le Benfica mérite cette place, mais on doit finir aussi à cette place. Si on termine deuxième personne sera satisfait. Notre concentration doit rester à son maximum comme elle l’a était jusqu’à maintenant. J’espère qu’on sera tous heureux en mai » a t-il déclaré, qui a déjà remporté 8 trophées au Benfica.

Depuis son arrivée, l’international grecque a réalisé 3 buts en championnat. Le premier fut marqué à la Luz et a permis de l’emporter face à Moreirense en 2015/16 (3-2); le deuxième fut d’un coup franc direct à domicile contre Braga en 2015/16 (5-1), et le troisième contre Guimarães en 2017/18.

« Je suis très fier d’avoir marqué ces buts. Ce n’est pas ma fonction principale, mais si je suis dans une position pour le faire, je tente. Je suis très heureux de pouvoir aider l’équipe de cette manière » a t-il commenté.

Premier match disputé le 12 septembre 2014, Samaris se souvient de deux matchs qui l’ont marqué, parmi les 150 qu’il a réalisé.

« Tous les matchs qu’on gagne sont mes préférés, mais je me rappelle de deux matchs, un en Europe, à Madrid contre l’Atlético, en Ligue des Champions. C’était une victoire très mérite de notre part, on a très bien joué. Au Portugal, mon match préféré c’est celui qu’on a gagné [samedi] face à Porto, parce qu’il était décisif pour passer à la première place. Ce sont les matchs qui nous mènent à nos objectifs. Mais on doit garder les pieds sur terre, rester concentrer, et tout devrait bien se passer » a déclaré le milieu de terrain.

Et que signifie le Benfica pour l’international grecque ? « La moitié de ma vie de footballeur est au Benfica. Jusqu’à aujourd’hui j’en garde que des bons souvenirs. Le Benfica c’est mon équipe, et depuis que je suis arrivé je ne vis que des moments positifs. Les titres que j’ai gagné ici sont très importants pour un joueur » a affirmé Samaris.

L’association « Play Happy »

Ambassadeur du projet « Play Happy« , la première association au Portugal à but non lucratif qui réunit athlètes et personnes du sport pour inciter à la pratique sportive chez les jeunes, Samaris a expliqué les raisons qui l’ont poussé à se lancer dans ce projet.

« Un ami a eu cette idée et j’ai été très enthousiasmé. Si j’étais un enfant j’aurais aimé avoir cela. J’ai fais cela au Portugal parce que les Portugais m’ont très bien reçu. Je me sens bien ici depuis le début » a révélé le numéro 7.

« Si je peux faire ce genre de choses pour les fils des portugais, c’est quelque chose de naturel pour moi. L’objectif de ce projet est d’aider les enfants au niveau sportif mais également au-delà si possible. Le projet en lui même est d’aider. S’il y a des enfants qui ont le sourire grâce à ça, c’est déjà bien. A partir de là, si on peut encore faire plus, on va le faire. On est sur le bon chemin, le projet grandit et va s’étendre sur tout le pays ».

1 COMMENTAIRE

  1. Samaris un bon joueur, solide.
    Remis au goût du jour par Bruno Lage.
    Ce n’est pas compliqué, pour l’instant tous les choix de Bruno Lage n’ont pas à être critiqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here