L’entraînement d’adaptation de l’équipe du Benfica terminé ce mercredi 6 mars, Bruno Lage s’est projeté par la suite, dans des déclarations à BTV en conférence de presse sur le match contre le Dynamo Zagreb, comptant pour le match aller des 1/8 de finales de Ligue Europa. La rencontre est marquée pour 18h55 (FR) dès jeudi. Une analyse rapide des locaux, des possibles changements par rapport au dernier match, et un commentaire concernant l’appui sur la formation sont au cœur de cette conférence de presse d’avant-match.

Quel Dynamo Zagreb le Benfica va t-il affronter ?

On a bien étudié l’adversaire. C’est une équipe qui joue en 4x3x3. Ils peuvent faire un ou deux changement, voir changer de système, mais j’ai encore des doutes sur leur milieu de terrain, s’ils vont jouer avec deux milieux et un milieu plus offensif, ou alors un milieu-centre et deux milieux intérieurs. On est prêts pour les deux scénarios, et on présentera notre meilleur dynamique sur le terrain on fonction de notre onze. On joue bien, et on s’entraîne bien même ici. On veut faire à nouveau un bon match et repartir avec l’avantage.

Vous attendez-vous à un adversaire qui s’appuie sur ses capacités physiques comme Galatasaray l’a fait face au Benfica ?

La plus grande préoccupation du Dynamo c’est de bien jouer. Ils ont fait un beau parcours dans les compétitions nationales et également en Ligue Europa où ils ont effectué une phase de groupe exemplaire, et après, une éliminatoire très bien jouée. Ils ont un très bon football offensif.

Des possibles changements par rapport au dernier match face à Porto ?

Concernant les joueurs, oui. On a notre dynamique, nos stratégies, mais également notre gestion de l’effectif. On est très satisfait du travail de tout le monde. On est à 3 mois de la fin de saison, on est maintenant à la première place du championnat, on a encore cette compétition à jouer et aussi la Ligue Europa et la Coupe du Portugal à disputer. Je suis satisfait de la manière dont tout le monde s’entraîne.

Allez-vous répéter la recette d’Istanbul et lancer des jeunes joueurs pour leur donner de l’expérience ?

Le plus important c’est le parcours que l’on fait. Il faut que qu’il y ait des liens, que les gens sentent qu’il y a un groupe fort. Quand cela arrive, tout se passe mieux et les résultats sont plus faciles à atteindre. Pour ce match, on doit analyser l’adversaire, le comprendre, et préparer la meilleure stratégie, mais aussi faire de la gestion de l’effectif suivant les compétitions, choisir le meilleur onze, car on joue tout les 3 jours. Ce sera un match différent que contre Galatasaray et contre Porto. Je sens un très grand dévouement de la part de mes joueurs. Certains ont joué plus que d’autres. Je suis entré dans l’équipe il y a seulement deux mois, tout le monde n’a pas encore eu son opportunité. Elles vont venir et les joueurs doivent être à la hauteur.

Quels changements par rapport au championnat ?

Rien ne change parce que notre travail est toujours le même, focalisé sur ce qu’on doit faire. C’est un match en plus qui demande la plus grande exigence de notre part. On doit continuer notre parcours, on est présents dans 3 compétitions et le plus important est de bien s’entraîner pour jouer mieux. Bien s’entraîner nous permet de mieux jouer, et c’est ça qu’on veut.

Vous avez convoqués 9 joueurs de la formation. Cette combinaison entre jeunes joueurs et joueurs plus expérimentés vous garanti l’intensité que vous souhaitez aux entraînements ?

L’intensité ce n’est pas seulement courir mais c’est aussi penser. Le but c’est de reproduire l’intensité des matchs aux entraînements. On vient de faire un entraînement très court, de 30 minutes, mais avec l’intensité qu’il y aura pour le match. C’est ça qu’on veut, une intensité toujours élevée.

Vous avez dit après le Classico que les joueurs faisaient de vous un entraîneur. Qu’avez-vous fait pour rendre les joueurs meilleurs ?

L’objectif est de rendre l’équipe meilleure, c’est notre but. S’ils jouent au Benfica c’est parce que ce sont de grands joueurs. L’objectif de l’entraîneur à ce niveau c’est de les faire jouer en équipe, qu’ils sachent tout le temps ce qu’ils ont à faire. Le plus difficile, c’est de placer onze joueur et de réfléchir à ce qu’ils doivent tous faire. Créer des liens et des dynamiques pour qu’ils puissent travailler comme une seule unité est le principal objectif. C’est comme cela que je vois le travail d’un entraîneur.

Amoureux et fan inconditionnel du Benfica, je vous fais découvrir ce magnifique club à travers son histoire et son actualité quotidienne. Au programme, records, statistiques, faits et histoires du plus grand club Portugais, et surtout, de l'actualité chaque jour sur le tetra champion national !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here