L’entraîneur du Benfica Bruno Lage s’est projeté en conférence de presse sur la prochaine rencontre du Benfica Lisbonne qui l’opposera au GD Chaves, comptant pour la 23ème journée de Liga NOS. Pour ce match où les aigles accueillerons les Transmontanos, les 3 ingrédients du technicien pour gagner ce match sont : concentration, organisation, et ambition.

Quelles difficultés attendez-vous de ce match ?

Beaucoup de difficultés. Ils ont fait un parcours intéressant, ils ont gagné des points et luttent pour le maintien. On s’attend à beaucoup de difficultés, mais on veut faire un bon match en étant concentrés, organisés et avec de l’ambition pour jouer bien et gagner le match.

Un commentateur d’un club adverse a remis en cause la forme physique des joueurs du Benfica. Qu’avez-vous à dire en tant qu’entraîneur du Benfica ?

Rien du tout. Cela m’est égal. Je me concentre uniquement sur mon travail, je ne regarde pas ce que font les autres clubs. Quand l’entraînement est ouvert à la presse, vous pouvez voir lors des 15 premières minutes comment on s’entraîne et l’intensité de nos entraînements. C’est dommage qu’on ait pas plus de temps pour s’entraîner, car on joue tout les 3 jours et c’est aussi dommage que les socios et supporters ne puissent pas voir l’intensité et notre attitude aux entraînements.

André Almeida et Ferro sont suspendus. Cela affectera t-il la solidité de la défense ? Pensez-vous déjà au Classico contre Porto ?

Pour la première question : on essaie de créer des routines avec tout le monde. Cela s’appelle la gestion de l’effectif, les joueurs sortent et entrent, et la dynamique collective est toujours présente. La ligne défensive est analysée par les buts encaissés. Quand je suis arrivé, j’ai vu que notre défense était très critiquée. Quand on veut jouer en équipe, tout le monde est responsable. On construit nos attaques à partir du gardien et on commence à défendre avec les attaquants. On travaille également la défense avec nos attaquants. Ils ont fait un travail énorme. Pour rigoler j’ai même dit : s’ils font ce que je leur demande de faire pour défendre et en plus qu’ils arrivent à marquer des buts, je leur tire mon chapeau. On essaie de maintenir notre équipe compacte et on est satisfait de cela. On ne doit pas seulement se focaliser sur la défense et oublier le travail collectif.

Sur le match contre Porto : je ne pense pas encore à cela. On est très concentrés pour essayer de faire un bon match contre le GD Chaves, le gagner et après on préparera le match contre Porto.

Qu’avez-vous à dire sur l’adversaire du Benfica en Ligue Europa ?

Je n’ai encore rien à dire. Ces deux-trois derniers jours j’ai regardé le match Chaves-Porto, SC Braga-Chaves et Chaves-Marítimo. On a du analyser ces 3 matchs, regarder celui contre Galatasaray. En tout 4 matchs. Chaque match dure une heure et demie, et on met 3 heures pour analyser chaque match, sans compter qu’on doit encore manger et dormir. C’est ça notre manière de travailler, et les résultats sont là, et cela sert à rien de penser au delà. On sait juste qu’ils ont fait un parcours intéressant en Europe.

Etes-vous sous pression pour jouer après le FC Porto ?

La pression est identique. Notre pression est focalisée sur notre travail, sur moi, pour bien faire les choses, préparer les entraînements qu’il faut, et qu’on a plus de 20 joueurs qui récupèrent tous d’une manière différente et qu’on doit tous les lier pour qu’ils puissent jouer en équipe et comprendre les stratégies mises en place. Les facteurs externes ne nous inquiètent pas.

Vous avez fait tourner l’effectif, sauf les attaquants. Pourquoi ?

Sur le banc j’ai un jeune joueur qui s’appelle Jonas, qui se donne à fond aux entraînements et aux matchs. On a 5 attaquants, en incluant Rafa parce qu’il est polyvalent. Jota n’a pas encore eu l’opportunité de jouer. Il devait rentrer quand on menait 3-0 contre Aves, mais avec l’expulsion de Ferro on a du repenser nos plans et il n’est pas rentré. On est satisfait de tout l’effectif.

Vous pariez beaucoup sur les jeunes. Comment se gère cette entrée de joueurs au niveau émotionnel ?

On est dans un projet qui dure depuis quelques années et on veut continuer ainsi. Quand je suis arrivé ici j’ai fais joué João Félix et je ne lui ai rien dis de plus. C’était pareil avec Florentino. Au delà de bons joueurs, on a de bons hommes ici et c’est tout naturel pour eux. Les choses se passent naturellement et sans précipitation. Ils ont un chemin à parcourir et je les sens sereins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here