Depuis la création du club, le 28 février 1904, le « Sport Lisboa et Benfica » avait toujours joué sur des terrains de football en location, tels que le « Campo do desembargador » (1904-1906), le « Campo da Feiteira » (1907-1911), le « Campo de Sete Rios » (1913-1917), le « Campo de Benfica » (1916-1926), « l’Estadio do Campo Grande » (1941-1954), construits sur des terres louées à son mythique rival, le « Sporting Club de Portugal ».

L’unique exception a été « l’Estadio das Amoreiras » (1923-1940), un complexe avec une capacité de 20 000 spectateurs, et qui contrairement aux précédents a été la propriété du club, ayant été détruit pour accueillir l’Avenue Duarte Pacheco.

Le stade des muriers

Le stade des mûriers (Estadio das Amoreiras)

Terrain petit Benfica

« Terrain Petit » (Campo pequeno)

Terrain de Feiteira

« Terrain de Feiteira » (Campo da Feiteira)

Le stade du « Grand Terrain

Le stade du « Grand Terrain » (Estadio do Campo Grande)

Terrain des sept rivières

Terrain des sept rivières » (Campo de Sete Rios)

Terrain de Benfica

« Terrain de Benfica » (Campo de Benfica)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En 1923, le magazine « Illustrations portugaises », sans aucune explication a publié la photo suivante :

Illustrations portugaises

Traduction : « Façade principale du magnifique stade, que le Sport Lisboa e Benfica va demander de construire »

Après de longues négociations avec la mairie de Lisbonne, il a finalement été décidé, le 17 mai 1946, que le club abandonnerait l’espace loué sur le « Grand Terrain« , afin de revenir à l’arrondissement de Benfica. Le ministre des travaux publics, l’ingénieur Duarte Pacheco, avait alors dit : « Le Benfica est au Benfica, et c’est là-bas qu’il doit retourner ».

Projet du « Complexe sportif de Sport Lisboa e Benfica » réalisé par l’architecte Joao Simoes

Complexe sportif de Sport Lisboa e Benfica

Complexe sportif de Sport Lisboa e Benfica

Les Maquettes de l’Estadio de Carnide (Maintenant appelé Estadio da Luz)

Maquette Estadio da Luz 1954

Traduction : Maquette du futur stade du Sport Lisboa e Benfica

Maquette du camp de Benfica

Maquette du camp de Benfica

Maquette de l'Estadio da Luz 1954

Maquette du futur stade du Sport Lisboa e Benfica

Motivés par le président du club, Joaquim Ferreira Bogalho – président de 1952 à 1957 – les associés investirent une somme supplémentaire, destinée à financer la construction du nouveau stade, bien qu’ils y eussent déjà fortement contribué avec des dons ou à travers leur travail durant les week-ends. « Une campagne du ciment » a été réalisée, à travers laquelle de nombreux sacs de ciment ont été offerts au club.

Joaquim Ferreira Bogalho

Joaquim Ferreira Bogalho

Joaquim Ferreira Bogalho (à gauche) (1899-1977)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au cours du mois de janvier 1953, les dons ont commencé à être récoltés pour le « Fond de construction du nouveau complexe sportif du club ». En plus de ces initiatives, en 1953, le « Sport Lisbona et Benfica »  ; organisa une exposition dans le pavillon de Benfica, installé dans la Foire populaire de Lisbonne, pour commémorer ses 49 ans. C’est alors qu’une tirelire géante a été collectée.

 

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Pavillon de Benfica à la foire populaire de Lisbonne en 1953

Ce pavillon du « Sport Lisboa et Benfica » était situé à la foire populaire de Lisbonne, et y est resté jusqu’en 1957, moment où la foire a été détruite. En 1961, avec l’inauguration de la nouvelle Foire Populaire de Lisbonne, le SLB a réussi à obtenir de nouveau son pavillon promotionnel comme l’atteste la photo suivante de 1961.

Pavillon de Benfica à la Foire Populaire de Lisbonne en 1961

Pavillon de Benfica à la Foire Populaire de Lisbonne en 1961

En janvier 1953, les dons ont commencé à être recueillis par le « Fond de construction du nouveau complexe sportif du club ». Lorsque le 23 mai 1953, le contrat pour les travaux de terrassement est attribué, d’une valeur de 840.000$00, on comptait déjà 1.355.658$00 dans les « Fonds pro-stade ».

Le 15 juin 1953, sous la présidence de Joaquim Ferreira Bogalho, les travaux de construction du nouveau stade ont débuté, dirigés par l’ingénieur José Maria Seguro, après avoir fait un véritable pèlerinage à Carnide, avec une foule enthousiaste et dynamique fêtant le début des travaux du stade du « Sport Lisboa e Benfica ».

Travaux de l'Estadio da Luz en 1954

Travaux du Stade du Sport Lisboa e Benfica en 1954

Travaux de l'Estadio da Luz en 1954

Travaux du Stade du Sport Lisboa e Benfica en 1954

Travaux de l'Estadio da Luz en 1954

Tribunes en construction du Stade du Sport Lisboa e Benfica en 1954

Les travaux enfin finis, le 1er décembre 1954, l’année du 50° anniversaire du « Sport Lisboa e Benfica », est inauguré le « Stade de Carnide » (Estadio de Carnide), comme on l’appelait à l’époque.

Il offrait une capacité d’accueil de 40 000 spectateurs, sur deux années complètes. A l’occasion, le Président de la République, le Général Craveiro Lopes, a décoré le « Sport Lisboa e Benfica » de la médaille du mérite sportif. Ce stade est ensuite devenu l’ancien Estadio da Luz, qui s’est d’année en année amélioré.

Estadio de Carnide

Estadio de Carnide

Estadio de Carnide pendant un match

Estadio de Carnide pendant un match

Le Président dirigeant du « Sport Lisboa e Benfica », Joaquim Ferreira Bogalho, affirma dans son discours de la cérémonie d’inauguration : « Cela a été un miracle ! Un miracle de notre foi

Gastao Silva, Ferreira Bogalho et Manuel Paulino Gomes

Ferreira Bogalho ému et tenu par Gastao Silva et Manuel Paulino Gomes

inébranlable ; miracle de notre volonté irrésistible ; miracle de notre amour à cette collectivité qui s’appelle Sport Lisboa et Benfica. Je prophétisai cet événement le 29 mai 1952, à Porto, dans un banquet commémoratif de l’inauguration du stade du F. C. Porto et on m’a pris pour un lunatique, un rêveur, ou simplement un fou… »

« Je ressens tout cet extraordinaire évènement, mais je ne peux pas décrire par des mots ce qui touche mon âme. L’émotion me perturbe et c’est encore plus fort que ma joie. J’assiste à tout et, franchement, je ne peux articuler aucune phrase qui puisse définir la joie qui m’émotionne tant« .

 

 

 

Au défilé des clubs invités à la fête d’inauguration, ont été présents : Sporting, F. C. Porto, Vitoria de Setubal, Barreirense, Lusitano de Évora, Algés e Dafundo, Lisbonne et Gymnase, Casa Pia, Belenenses, et Oriental.

Le défi de l’inauguration s’est disputé entre Benfica et FC Porto, qui est sorti vainqueur 3-1. Le premier but de Porto a été marqué par le défenseur de Benfica, Jacinto, à 5 minutes, dans son propre but. Le 8 décembre, sur le programme des commémorations, le Real Madrid a fait son apparition dans la Lumière, et a battu le Benfica 2-0.

 

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Estadio do Carnide 1954

Inauguration de la statue de l’aigle en 1955

Inauguration de la statue de l’aigle en 1955

L’importance du nouveau stade, où le Benfica disposait pour la première fois de toute son histoire d’un terrain de foot en herbe s’est rapidement révélée après son inauguration, surtout avec la conquête du titre de Champion national, qui leur échappait depuis 1950.

Le 9 juin 1958, l’Estádio do Carnide est enfin devenu l’Estádio da Luz après avoir installé des dispositifs de lumières pouvant éclairer le terrain. Le 5 septembre 1960 a été l’inauguration du célèbre « 3° anneau » (3°Anel), plus connu sous le nom de « Enfer de la Lumière » (Inferno da Luz), augmentant ainsi la capacité d’accueil à 70 000 spectateurs.

Festival inauguration de l'Estádio da Luz

Festival inauguration de l’Estádio da Luz

Inauguration de l'Estádio da Luz

Inauguration de l’Estádio da Luz

Estadio da Luz en 1962

Estadio da Luz en 1962

Estádio da Luz en 1962

Estádio da Luz en 1962

Vue aérienne de l'Estádio da Luz

Vue aérienne de l’Estádio da Luz en 1962

Tribunes de l'Estadio da Luz en 1962

Tribunes de l’Estadio da Luz en 1962

Tribunes de l'Estadio da Luz en 1962

Tribunes de l’Estadio da Luz en 1962

Tribunes et éclairage "Philips" de l'Estadio da Luz en 1962

Tribunes et éclairage « Philips » de l’Estadio da Luz en 1962

Tribunes et éclairage "Philips" de l'Estadio da Luz en 1962

Tribunes et éclairage « Philips » de l’Estadio da Luz en 1962

L'Estadio da Luz en 1962

L’Estadio da Luz en 1962

Tribunes de l'Estadio da Luz en 1962

Tribunes de l’Estadio da Luz en 1962

La « fermeture » du troisième anneau a été conclue en 1985, faisant évoluer la capacité officielle du stade à 120 000 spectateurs en prenant compte de l’inexistence de places individuelles jusqu’au milieu des années 90, ce chiffre a même été dépassé pendant certaines rencontres. Lors d’un match de championnat réalisé face au FC Porto, le 4 janvier 1987, celui-ci a accueilli 135 000 spectateurs, la demi-finale de la Coupe des Champions Européens contre Marseille en 1990 a accueilli environ 130 000 spectateurs, et la finale du Championnat Mondial de Football Sub-20 de 1991, entre le Portugal et le Brésil, a accueilli 127 000 spectateurs selon des sources officielles.

Estadio da Luz en vue aérienne

Estadio da Luz en vue aérienne

De 120 000 spectateurs, nous sommes passés à 114 000 avec la construction de panneaux électroniques aux alentours de l’année 1987. En 1990, le nombre a diminué à 100 000 spectateurs, avec la construction des espaces présidentiels.

C’est seulement plus tard, avec l’installation de chaises dans tous les secteurs et la construction de la fosse autour de la pelouse que le nombre a diminué à 90 000. L’introduction de sièges individuels, au milieu des années 90, a réduit la capacité du stade aux environ de 78 000.

Les autres installations du complexe sportif :
-Le pavillon des sports (15/05/1965)
-Terrain 2 (nu : 1968 : pelouse : 1974 ; synthétique : 1997)
-Terrain 3 (pelouse : 17/10/1973)
-Piste d’athlétisme (18/05/1974)
-Terrain 4 (nu : 1975 ; réorienté : 1978 ; pelouse : 1989)
-8 courts de tennis (28/12/1975)
-Piscine (23/09/1978)
-Pavillon polyvalent (28/02/1982)
-3 courts de tennis (1983)
-Piscine d’apprentissage de la natation (30/12/1985)

Le 28 septembre 2001, l’assemblée générale des associés du « Sport Lisboa e Benfica » a voté favorablement à la construction d’un nouveau stade. La décision n’était pas facile, étant donné que la vieille cathédrale devait être détruite pour laisser place à un nouveau complexe.

La solution de destruction a été prise car elle se montrait nécessaire pour assurer la durabilité du projet et du club. Avec la nomination du Portugal en 1999 pour accueillir l’Euro 2004, le choix s’est aussi facilité.

C’est dans un stade plein (avec une capacité réduite à 50 000 spectateurs à cause des travaux) que le denier match s’est déroulé, le 22 mars 2003. C’était le match de la 26e journée du championnat national, où le club a affronté Santa Clara des Açores. Le match fut gagné par Benfica, avec un but sur penalty de Simao Sabrosa.

Le SLB termina la saison jouant ses matchs à domicile au Stade National.

Estádio Nacional

Estádio Nacional

Le club entra alors dans une nouvelle phase de sa longue vie avec l’inauguration du « Stade de la Lumière » (Estadio da Luz), le 25 octobre 2003, et à 4 mois du 100° anniversaire du « Sport Lisbonne et Benfica », le 28 février 2004.