Un arbitrage désastreux et des décisions totalement incompréhensibles (notamment du vidéo-arbitrage, Fábio Veríssimo) ont empêché le Benfica Lisbonne de pouvoir lutter correctement pour une place en finale de Coupe de la Ligue, face au FC Porto ce mardi 22 janvier. La gravité et la surréalité des événements ont poussé au président Luís Filipe Vieira à s’exprimer, après la défaite des aigles sur ce Classico.

« On est sérieusement inquiets ! Sous ce brouhaha concernant les e-mails, et de tout ce qu’il se passe, tout le monde nous a déjà condamné sur la place publique, mais par contre aucun tribunal nous a condamné, ni ne va nous condamner, j’en suis sûr ! Et maintenant, on assiste à un match où un homme qui a les caméras de télévision devant lui, et qui est arbitre, n’arrive pas à distinguer sur une action [but mal annulé à Pizzi à 40+2] s’il est hors jeu ou non, et n’arrive pas non plus à savoir s’il y a faute [de Óliver Torres sur Gabriel] ou non, cet homme ne doit plus arbitrer de match » a affirmé le président des aigles, visant directement Fábio Veríssimo.

Etant donné que depuis une télévision il n’arrive pas à faire cela, il a le culot de dire à l’arbitre [Carlos Xistra] d’annuler le premier but du Benfica – curieusement l’arbitre du match a le courage de le valider -, c’est quelque chose qui nous inquiète de plus en plus. Ce genre de personnes, avec tout un tas de télévision devant lui, n’arrive pas à distinguer s’il est hors jeu ou non, il n’arrive même pas à savoir s’il y a faute sur le premier but de l’adversaire au milieu de terrain » a rajouté Luís Filipe Vieira, très remonté.

« De nos jours, c’est facile de sanctionner et pénaliser le Benfica. Cette nuit on a même perdu Rui Costa, qui est allé sur le banc et a fini expulsé. Ils nous ont déjà enlevé Tiago Pinto et Rui Costa… Je sais que quelqu’un chez l’adversaire a été expulsé [Luís Gonçalves, du FC Porto], mais je ne sais pas s’il va être puni ou non. Je sais que quiconque chez nous se fait expulser est extrêmement sanctionné » a t-il fait la remarque.

Les menaces et la pression des arbitres

« J’ai déjà été au Conseil d’Arbitrage et j’ai eu l’audace de dire face à face au président José Fontela Gomes que c’est principalement de leur faute. Il suffit de regarder ce qu’il s’est passé avec l’histoire des e-mails, de tout ce qu’il s’est passé, pour voir que certains arbitres ont été expulsé de l’arbitrage. Et aujourd’hui, je sais et ils le savent, qu’il y a des arbitres qui sont conditionnés, qui ont été menacés eux et leur famille. Ils le savent ! Ils ne veulent pas voir la réalité des choses, je ne sais pas pourquoi » a rajouté le président encarnado.

« Ce que nous vivons est pénalisant et nous rend très inquiets, et à ce sujet on doit être franc, personne ne viendra nous défendre, et aujourd’hui, il a été bien démontré à propos de cela que l’équipe qui était à abattre s’est levée à nouveau le terrain, a donné un spectacle de football dans les 30 premières minutes avec l’aide de nos fans, même si nous n’avons pas changé le résultat, par malchance », a t-il analysé.

Un message aux supporters

« A nos supporters, je vous le dis : croyez-y, notre grand objectif est l’Europe et le championnat. Si nous sommes tous unis et qu’on continue avec ce but que nous avons, notre équipe va encore plus évoluer, c’est sûr, et il n’y a pas besoin de nouvelles recrues comme beaucoup de gens disent, parce que la vraie valeur est dans cette maison et cela va être démontré. Si vous y croyez, si nous sommes tous unis, si nous sommes tous autour du SL Benfica… Tout les Benfiquistas doivent comprendre cela : On a un chapeau au dessus de nous qui est le drapeau du Benfica. Ceux qui ne le respectent pas ne doivent pas faire parti de notre famille » a conclu Luís Filipe Vieira.

Amoureux et fan inconditionnel du Benfica, je vous fais découvrir ce magnifique club à travers son histoire et son actualité quotidienne. Au programme, records, statistiques, faits et histoires du plus grand club Portugais, et surtout, de l'actualité chaque jour sur le tetra champion national !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here