Publicité

Bruno Lage, s’est projeté sur le prochain match du Benfica Lisbonne contre le CD Nacional, comptant pour la 21ème journée de Liga NOS. En conférence de presse d’avant-match, l’entraîneur du Benfica s’est exprimé sur les performances de João Félix et l’attention qu’il suscite, ainsi que le grand retour de l’attaquant Jonas Gonçalves parmi les convoqués, sans oublier le grand événement de demain : 140 Casas Benfica, filiales et délégations du Benfica assisteront à cette rencontre, un total avoisinant 2500 personnes, avec 45 bus pour assurer les nombreux et longs trajets.

On sait que vous aimez analyser les adversaires au détail près. Quel Nacional le Benfica va t-il affronter ?

C’est un adversaire qui joue normalement en 4x3x3, mais qui peut également se place en 4x4x2. Il construit très bien par derrière et joue souvent avec son gardien, ses défenseurs et tentent de faire le lien avec les milieux, ils ont un bon jeu dans les couloirs, et leurs milieux s’échangent leur position pour créer de la profondeur. Je prévois un Nacional qui aime avoir la possession du ballon et qui va vouloir nous mettre en difficulté, mais on est préparé à cela. En ce qui nous concerne, je suis satisfait de notre évolution. Ce sera un match entre deux équipes compétitives, toutes les deux voulant le ballon, avec l’ambition de contrôler le match et le ballon.

Le match nul du FC Porto sur le terrain de Moreirense vous motive t-il encore plus ?

Non, la motivation est tout le temps à son maximum. On ne regarde que ce qu’on l’on fait. Pour parler du dernier match face au Sporting, il était important parce que c’était le deuxième Derby consécutif, et j’ai fait comprendre aux joueurs qu’il fallait se concentrer uniquement sur ce qu’on avait à faire, c’est ça notre manière de jouer. Et c’est ça que l’on doit continuer à faire. Et en ce qui concerne Porto, on est encore à 4 points derrière eux. On doit se concentrer sur notre évolution, rentrer sur le terrain déterminés, et bien jouer, pour gagner les points qui nous font aller vers l’avant. Notre but, je le répète, c’est de se concentrer sur notre travail. C’est la plus grande pression que je me met à moi-même, ainsi que sur les joueurs.

Etant donné les bons résultats et les matchs de ces dernières semaines, considérez-vous en ce moment que le Benfica pratique le meilleur football au Portugal ?

C’est une question difficile. Je n’aime pas faire de comparaisons, je me concentre que sur nous. Ce que je regarde c’est notre évolution, et j’en suis satisfait. En partant de notre premier match avec le Rio Ave jusqu’à ces derniers matchs contre le Sporting. Je suis très satisfait de notre évolution en un mois. Avec un calendrier très serré, on a réussi à faire grandir l’équipe et faire évoluer les joueurs, et tout cela avec des victoires et avec peu de jours pour s’entraîner. C’est ma comparaison, depuis le match avec le Rio Ave jusqu’à celui contre Sporting.

Ces dernières semaines, on parle énormément de João Félix dans la presse, qui a seulement 19 ans. Le joueur en ce moment est-il sur les nuages ou a garde t-il les pieds sur terre ?

En voyant ses performances en entraînement ou en match, je pense que tout lui passe par dessus la tête. Je le sens déterminé, il entre sur le terrain comme s’il jouait depuis toujours avec ses collègues. Pour cela, je ne le sens ni dans les nuages, ni les pieds sur terre, je sens qu’il a une très grande volonté de bien faire, on ne dirait pas un garçon de 19 ans, mais plutôt un homme qui est totalement prêt à affronter ce qu’il vient. Il est entrain de grandir, mais je sens qu’il a une mentalité et une maturité au dessus de la moyenne pour son âge.

Ferro a fait son premier match en équipe principale du Benfica lors du Derby. Allez-vous le laisser titulaire ? C’est un joueur qui vous donne une totale garantie ? Le fait qu’il jouait avec Rúben Dias pourrait faciliter les choses…

Oui, il était habitué, mais il ne joue plus avec Rúben depuis 2 ans. Le travail de ligne défensive est très important dans toutes les équipes. Imaginez 4 personnes à marcher et penser, à courir vers l’avant, vers l’arrière, ou vers les côtés, les 4 à la même vitesse, à la même distance et tout le temps en parallèle, cela s’apprend. Ils ne se sont pas entraînés ensemble depuis deux ans, et cela se perd. On fait ce type d’entraînement toutes les semaines. Et c’est sur ça que nos adversaires vont chercher à trouver des espaces entre les défenseurs, devant et derrière les défenseurs. C’est un travail qui nécessite une grande organisation. Quand une semaine se passe et qu’on ne fait pas cet entraînement, on sent qu’on perd des choses, alors imaginez un intervalle de deux ans sans jouer. Ferro donne toutes les garanties. S’il va jouer ou non, je le dirais en premier au joueur, mais il est convoqué.

Avec les matchs de Ligue Europa arrivant, le calendrier va être plus complet. Vous allez devoir faire tourner l’effectif ?

On doit évoluer de l’autre côté, qui est d’avoir plus le ballon. Si on a plus le ballon, on va moins défendre. Je n’aime pas les questions, du « si », « sinon », « quand ». On doit vivre au jour le jour. Pour l’instant, on se concentre sur le match de demain : qui est disponible pour jouer demain [dimanche] ? Après on aura 4 jours pour préparer le prochain match. C’est ça notre vision dans l’équipe. Répondre au « si » et au « quand » c’est parler de choses qui ne sont pas concrètes, qui ne se sont pas encore passées. Ce qui me rend très heureux c’est que tout l’effectif est déterminé et se dédie à l’équipe, et chacun joue pour « nous » et non pour « je ».

Espériez-vous au bout de très peu de temps aux commandes de l’équipe, une réponse si positive ?

Les chemins se parcourent en marchant. Le plus important c’est de comprendre ce que chaque joueur peut apporter, et je ne connais pas tout le monde en totalité parce que j’apprends à connaître précisément un joueur quand il joue, et  tout le monde n’a pas eu l’opportunité de jouer. On cherche à savoir et à comprendre comment chacun pourrait contribuer au nouveau système tactique de l’équipe et également à leurs liens sur le terrain. C’est ce que les entraîneurs font pour construire une équipe. Ce que je ressens dans l’équipe c’est une très bonne dynamique. Si on regarde ce mois-ci, il y a eu une phase de matchs où on a pas eu le temps pour s’entraîner. Après le match face à Porto, on a eu une semaine pour s’entraîner, et cela nous a permis de créer de nouveaux liens dans notre tactique.

Jonas et Fejsa seront-ils présents pour cette rencontre ?

Fejsa n’est pas convoqué, Jonas est convoqué.

Sentez-vous le soutien des supporters au jour le jour et également quand vous jouez à l’extérieur ?

Respecter le public et penser à eux doit être un objectif pour chacun de nous qui travaillons dans cette maison. Si on est arrivé à faire ce parcours ce mois dernier, c’est principalement grâce à la réaction de nos supporters qui nous ont soutenu et qui ont senti que l’équipe pouvait renverser cette situation difficile. Les supporters se sont liés à l’équipe et tout cela nous a permis de bien jouer. Demain, c’est dimanche. Un jour de famille, parce que les Casas Benfica font également parti de notre famille, ils vont être présents pour nous voir jouer et c’est une grande motivation pour nous.

Publicité
Amoureux et fan inconditionnel du Benfica, je vous fais découvrir ce magnifique club à travers son histoire et son actualité quotidienne. Au programme, records, statistiques, faits et histoires du plus grand club Portugais, et surtout, de l'actualité chaque jour sur le tetra champion national !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here