Les meilleurs joueurs du Benfica aux Coupes du Monde

Rui Costa Portugal

Le club de Benfica Lisbonne est l’un des plus emblématiques au Portugal, mais aussi sur la scène européenne et internationale pour les légendes vivantes qui sont passées par le club et qui ont participé à la Coupe du Monde, mais aussi pour ses stars actuelles qui seront présentes à l’édition de 2018 en Russie. Il est des noms qui sont ou qui resteront à jamais gravés dans l’enceinte du stade de Luz. Le musée regorge de titres nationaux et européens, mais aussi les noms des joueurs marquants qui ont porté ce maillot mythique frappé de l’écusson trôné par un aigle royal dont la symbolique est toute trouvée encore aujourd’hui. Nous vous proposons également à la fin de cette revue des joueurs à passer au crible et qui feront le bonheur dans les années à venir du Benfica et de leur sélection respective lors des prochaines Coupes du Monde.

Les Joueurs Emblématiques Du Benfica Et Leur Participation À La Coupe Du Monde

Parmi cette sélection de joueurs ayant participé à faire du club de Benfica l’un des tous meilleurs en Europe et ayant connu la Coupe du Monde, bon nombre de noms auraient pu être cités. Nous nous sommes contentés de vous proposer quelques références immanquables en la matière, même si les noms de Diamantino Miranda ou encore Mats Magnusson auraient pu compléter notre liste.

Valdo

Véritable meneur de jeu partout où il est passé, Valdo Cândido de Oliveira Filho, de son nom complet, a surtout fait le bonheur du Benfica entre 1995 et 1997 après un passage remarqué au Paris Saint-Germain. Il est à rappeler qu’avant cette période parisienne, le joueur brésilien formé au club légendaire Grêmio Porto Alegre avait effectué un premier passage par le club au maillot rouge et blanc en 1988 et ce jusqu’en 1991. Valdo reste ainsi une référence absolue au Benfica, mais aussi dans l’histoire de la Coupe du Monde. Meneur de jeu également avec la Seleção, il participe à une première édition en 1986, où il atteindra les quarts de finale, et remettre ça quatre années plus tard, en 1990, pour terminer en huitième de finale. Son seul regret aura sans doute été de ne pas remporter la plus belle des coupes, d’autant qu’en 1990, avec les Romário, Bebeto et son coéquipier au Benfica, Carlos Mozer, il y avait la place pour faire un meilleur parcours.

Óscar Cardozo

Óscar Cardozo est un attaquant de surface comme on en fait plus. Aujourd’hui âgé de 34 ans et évoluant dans un club de la ligue paraguayenne avant de se retirer définitivement, il a fait les beaux jours de Benfica pendant 7 années dans le stade de Luz. Les statistiques parlent d’elles-mêmes : 172 buts pour 293 matchs. S’il manquera de peu la coupe d’Europe avec le club lisboète en finale face à Chelsea FC en 2013, il a malgré tout marqué de son empreinte cette page tournée du club. Grâce à ses très bonnes prestations, il est retenu avec son pays pour prendre part à la Coupe du Monde 2010 en Afrique du Sud. Cette édition a surtout été marquante en France pour la grève des joueurs de l’Équipe de France. Mais pour Óscar Cardozo et le Paraguay, cette expérience fut très fructueuse en atteignant une honorable position en quarts de finale. La belle histoire s’est arrêtée face à l’Espagne qui remporte cette édition en finale face aux Pays-Bas.

Vitor Silva

Un joueur emblématique tel que Vitor Silva ne peut s’oublier, même si les années passent à une vitesse folle. Comparable aux Di Stefono du Real de Madrid ou encore Raymond Kopa à Reims, le joueur portugais aura connu un football avec peu de moyens et dont le côté professionnel ne permettait pas encore de subvenir aux besoins de sa famille. Mais cela n’a jamais entaché la détermination de Vitor Silva a tout donner pour son club, et il incarne sans doute à merveille cet aigle sur l’écusson du club. Prenant très souvent son envol dans la surface de réparation adverse, il aura marqué 203 buts en 236 matchs. Des statistiques folles à cette époque. Il aura connu la période où la Coupe du Monde venait tout juste d’être organisée, puisque la première édition s’est déroulée en 1930 en Uruguay. Participant aux phases de qualification avec le Portugal, il n’obtiendra pas son ticket d’entrée pour disputer le plus escompté trophée dans la carrière d’un joueur. Il s’est alors rabattu sur une autre compétition, les Jeux Olympiques d’Amsterdam en 1928. Malheureusement, pas beaucoup plus de réussite, puisque la Seleção Portuguese perd en quarts de finale face à l’Égypte.

Carlos Mozer

Dans toute équipe de football, pour que le collectif marche, il faut un roc derrière pour arrêter les tentatives des attaquants adverses. Et ce rôle convenait parfait à Carlos Mozer. Arrivé du Brésil en 1987, il quittera le Benfica deux ans plus tard pour rejoindre l’Olympique de Marseille. Mais le Portugal lui manque et c’est en 1992 qu’il rempile avec les rouges et blancs, et ce, jusqu’en 1995. S’il a tout gagné avec le Benfica, et finaliste d’une Coupe des clubs champions européens en 1988, puis une victoire en 1991 avec l’OM, là encore, comme pour Valdo, son seul regret aura été de ne pas avoir pu toucher la Coupe du Monde. Il a pris part à l’édition de 1990, mais sans succès, puisque comme on le sait, la Seleção s’arrêtera à un décevant huitième de finale.

Luisão

Alors que les paris sportifs iront bon train à la Coupe Du Monde 2018 pour désigner les équipes vainqueures et les buteurs de chaque confrontation, il en est un qui pouvait rapporter un joli pactole. Ânderson Luís da Silva est sans doute la dernière légende toujours en activité avec Benfica. S’il devrait mettre un terme à sa carrière en fin de saison, l’histoire aura été belle pendant plus de quinze années de fidélité aux Aigles. Débarqué en 2003 et en provenance de Cruzeiro, Luisão ne quittera plus le stade de Luz, au grand bonheur des supporters. Avec plus de 500 matchs à son actif, le défenseur central brésilien a également été un élément majeur avec la sélection de son pays. En comptant 47 sélections sous le maillot de la Seleção, il aura remporté la Copa America en 2004, ainsi que deux fois la Coupe des Confédérations en 2005 et 2009. Pour ce qui est de la Coupe du Monde, ses participations successives en 2006 et 2010 ne lui permettront pas de soulever le trophée. Lors de la première épopée, il tombera face à l’Équipe de France, grâce à l’une des plus belles prestations de Zinédine Zidane. En 2010, l’aventure en Afrique du Sud ne se déroule pas beaucoup mieux, puisque Luisão et ses coéquipiers s’arrêteront une nouvelle fois en quart de finale.

Eusébio

Comparable à des légendes telles que le roi Pelé ou encore Maradona, le joueur portugais Eusébio aura non seulement marqué de son empreinte l’Histoire du Benfica, un chant est encore entonné par les supporteurs en son nom, Eusébio restera à jamais le joueur le plus mythique et emblématique des Aigles. Il aura passé quinze années de sa carrière avec le maillot rouge et blanc, avec plus de 400 matchs passés sur la pelouse du stade de Luz, et inscrit 473 buts. Il est l’ovni des années 60-70 du monde du football. Alors qu’il se voit décerner le ballon d’or à l’issue de l’année 1965, il participe avec le Portugal à la Coupe du Monde en 1966. Les prestations et le parcours de son pays doivent beaucoup à Eusébio, puisqu’il terminera meilleur buteur de cette édition. Malheureusement, l’équipe s’arrête aux portes de la finale et ne gagnera que la petite finale pour se voir décerner la troisième place de la compétition.

Rui Costa

Dernier joueur emblématique et légendaire de notre liste n’est autre que Rui Costa. Formé par le club portugais, et ayant par la suite passé quatre années professionnelles au Benfica, le numéro 10 de 1990 à 1994 figure tout simplement parmi les 100 joueurs de légende de la FIFA. Parti jeune de son club formateur pour parcourir l’Europe, Rui Costa tiendra sa promesse de revenir en fin de carrière. Douze années après avoir quitté les Aigles, c’est en 2006 que le numéro 10 revêt à nouveau le maillot rouge et blanc, et il participera activement à la refonte du club portugais pour revenir au plus haut niveau et dominer le championnat national. Avec la sélection, il obtiendra des résultats satisfaisants, notamment lors du Championnat d’Europe des Nations en 1996, 2000 et 2004. Pour la Coupe du Monde, en revanche, sa seule participation est lors de l’année 2002, et il ne parviendra pas à mener son équipe nationale à franchir la phase de groupes pour rêver mieux et plus grand. Il avait pourtant bon espoir de lever le trophée, puisqu’il a remporté la compétition avec les moins de 20 ans en 1991.

Coupe Du Monde 2018 : Les Potentiels Sélectionnés

La prochaine Coupe du Monde 2018 qui prendra lieu en juin prochain en Russie devrait s’avérer des plus passionnantes, à la vue des plus grandes nations mondiales qui s’affronteront lors des quatre semaines de compétitions. Et pour tous les fans du Benfica, quelques joueurs de notre équipe favorite seront les fidèles représentants de l’équipe des Aigles et de leur sélection respective. Ils sont mexicains, serbes ou encore suisses et devraient pouvoir prétendre à un bon parcours lors de la 21è édition de la FIFA.

  • Raùl Jiménez : Milieu de terrain ; Mexique ; 26 ans
  • Andrijia Živković : Attaquant ; Serbie ; 21 ans
  • Ljubomir Fejsa : Milieu de terrain ; Serbie ; 29 ans
  • Eliseu : Défenseur ; Portugal ; 34 ans
  • Haris Seferović : Attaquant ; Suisse ; 26 ans

Quelques Jeunes Pousses Pour L’Avenir

Alors que nous avons pu établir les légendes qui ont marqué le club des Aigles, ou encore les joueurs du Benfica qui seront présent pour la Coupe du Monde 2018 en Russie, il est des joueurs qui sont prêts à assurer l’avenir du club portugais et à porter haut leur pays lors de la prestigieuse compétition internationale. C’est notamment le cas du gardien de but Mile Svilar, âgé de 18 ans, et arrivé d’Anderlecht au mercato estival 2017. Alejandro Grimaldo est impatient également de pouvoir s’imposer au sein de la sélection espagnole. Âgé de seulement 21 ans, le latéral gauche présente de très belles qualités de percussions et de précisions dans les centres pour qu’il puisse un jour faire les beaux jours de la Roja. En attendant, il est déjà très apprécié par les supporteurs après son arrivée au mercato de 2016 en provenance de Barcelone. Les noms de Krovinović et Brahimir Kalaica feront dans quelques années les beaux jours de la sélection croate. Chris Willock est encore jeune et a besoin encore de temps pour apprendre avant de potentiellement parvenir à se faire une place chez les Trois Lions d’Angleterre. Et pour clore cette série des jeunes pousses, Rúben Dias, João Carvalho et Diogo Gonçalves seront les fiers représentants de la Seleção Portuguese, avec pourquoi pas la chance de participer à une prochaine compétition aux côtés de Cristiano Ronaldo. Ces trois joueurs seront trop justes pour l’édition de 2018, mais la prochaine devrait être la bonne s’ils confirment tout le potentiel qu’ils représentent.

1 commentaire

  1. Michel

    2 avril 2018 à 7 h 32 min

    Tiens première nouvelle Mozer à gagné la coupe d’Europe en 1988 avec Benfica? Je pense qu’il y a une erreur

Laisser un commentaire