Publicité

Bruno Lage a ouvert ce vendredi la conférence de presse d’avant-match avec un message de soutien à Iker Casillas, victime d’un infarctus à l’entraînement. Pour cette projection, le technicien du Benfica a déclaré s’attendre à une « rencontre très difficile » face à une « équipe très bien organisée ». Une nouvelle fois, l’équipe encarnada devra montrer son « plus haut niveau » pour faire face à un adversaire qui donnera tout pour « ramener le plus de points possibles », comme l’a assuré António Folha. Au programme de la conférence, un message de soutien à Iker Casillas, un ‘flashback’ de la défaite au match aller, et une comparaison en tout humilité de Bruno Lage par rapport à ses prédécesseurs au Benfica.

Qu’attendez-vous de ce Portimonense ? Quelle est votre analyse de l’adversaire, une équipe irrégulière mais qui est la dernière à battre le Benfica en championnat.

Avant tout, je souhaiterais profiter pour laisser un message de soutien à Iker Casillas. C’était un jour où nous devions tous nous unir, certes, dans la tristesse, mais ce sont ces moments qui nous font réfléchir à ce que nous voulons pour notre football national. Et il faut savoir aussi et reconnaître que ce sont ce genre de joueurs, de par leur prestige et leur qualité, qui rajoutent de la valeur à notre championnat. On doit se sentir fier d’avoir un joueur comme lui et avec un grand passé dans notre championnat.

Concernant Portimonense, on s’attend à un match difficile. Portimonense est une très bonne équipe et très bien menée. Ils jouent bien, savent jouer dans divers systèmes et ont trois hommes très dangereux en attaque, 3 attaquants plus leur milieu offensif. On s’attend à une équipe très bien organisée et qui voudra profiter des espaces qu’on laissera pour se créer des occasions. Ils ne sont pas dans une situation compliquée, mais ils ont besoin de points pour garantir le maintien. Je prévois un match très difficile. On devra être à notre meilleur niveau pour gagner les 3 points dans cette finale.

Encore sur Casillas… Il est vrai que dans la vie il n’y a pas de rivaux, mais cela se ressent beaucoup dans une équipe de haut niveau ?

Je suis ici depuis environ 4 mois et on vit au jour le jour, que ce soit dans le sport ou dans la vie. [Iker Casillas] en est l’exemple, un homme sain, avec un beau palmarès, il a gagné tout ce qu’il avait à gagner, et d’un coup, d’un jour à l’autre, il vit une situation qui le pousse, sûrement, à repenser à ce qu’est l’essence de la vie. Nous vivons tous ce genre de moment durant notre vie, que ce soit pour une raison ou pour une autre : un problème de famille ou même pour des raisons professionnelles. Moi aussi je l’ai déjà vécu. Des fois il faut réfléchir et comprendre que la seule chose que nous pouvons contrôler c’est notre chemin. Et notre chemin se fait au jour le jour. Il ne faut pas se concentrer sur autre chose que sur notre chemin, être trop préoccupé à faire de grandes projections pour le futur, regarder chez le voisin pour voir ce qu’il y a…. Ce en quoi je crois c’est qu’il y a toujours une solution à ce que nous voulons d’une manière ou d’une autre et les choses qui doivent nous revenir finiront par nous revenir avec beaucoup de travail et d’engagement. J’y crois beaucoup. On ne sait jamais ce qui arrivera dans les prochaines heures. Ça se passe au jour le jour. Dans la vie comme dans le sport et dans le football en particulier : de match en match, de finale en finale.

Qu’est ce qu’il a changé par rapport à la dernière défaite lors du match aller ?

Ce qu’on a fait à partir de là est de se concentrer sur ce que nous contrôlons, idéaliser et convaincre les joueurs qu’on avait une manière de s’entraîner et que d’une certaine manière, cela pourrait les aider à devenir une meilleure équipe, une équipe plus compétitive. Ce n’est pas qu’ils ne l’ont pas été dans le passé, mais c’est important d’être très régulier. C’est cela que nous avons fait. On s’entraîne d’une manière qui est la meilleure selon moi, d’entraînement à entraînement, de match en match, en jouant bien, en créant nos occasions de buts, en marquant et on gagnant les points.

Avec Rúben Dias suspendu, Ferro et Jardel devrait – en principe – être titulaire en défense, mais aucun des deux n’a joué à gauche. Avez-vous travaillé cette adaptation aux entraînements ?

On essaie de tirer le meilleur de possible de chacun, que ce soit à droite ou à gauche. C’était facile de trouver une solution. Jardel sera titulaire. C’est notre capitaine et il jouera avec Ferro. C’était facile, il a suffit d’une conversation à trois pour comprendre ce que chacun peut offrir, que ce soit à droite ou à gauche pour ensuite préparer cela. C’est ce que nous avons fait cette semaine.

À quoi doit-on le fort soutien des supporters du Benfica à Bruno Lage contrairement aux anciens entraîneurs ? Grâce à la routine des victoires ou il y a quelque chose en plus ?

La seule comparaison qu’on peut faire sur les entraîneurs précédents c’est qu’ils ont gagné des titres, et moi rien encore. Ce qui est le plus important actuellement c’est ce que je peux contrôler : mon travail. C’est un éloge qui peut sûrement ne pas être si réel que ça. Ça ne m’étonnerais pas par exemple qu’à la mi-temps à Braga le soutien des supporters n’était pas total. Et à la fin du match, il l’était sûrement. C’est comme ça, mais le plus important c’est d’avoir conscience du travail que l’on est en train de faire, d’être logiques dans ce que l’on présente dans chaque onze de départ, dans chaque stratégie de jeu, dans chaque défi. Ensuite, on va jouer notre match avec nos idées et fondamentalement, c’est important que les joueurs croient ce travail, en ce projet. Et c’est ça qui a été fondamental car une grande partie du travail et du mérite revient aux joueurs. Bien sûr que le soutien des supporters a été important, il a été fantastique dès la première heure – quand je suis arrivé et que nous perdions 2-0 contre Rio Ave – et ça nous a aidé dans notre parcours. Samedi prochain nous avons une nouvelle finale contre Portimonense et j’espère que les supporters seront encore plus présents et affirmés dans cette dernière ligne droite parce que nous avons vraiment besoin d’eux.

Publicité
visage
Fondateur de SLBFrance, webmaster et rédacteur depuis 2016 et étant un amoureux et fan inconditionnel du Benfica, je vous fais découvrir ce magnifique club à travers son histoire et son actualité quotidienne. Au programme, records, statistiques, faits et histoires du plus grand club Portugais, et surtout, de l'actualité chaque jour sur le tetra champion national !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here