Publicité

Parmi les joueurs dont l’avenir est encore incertain à Benfica à cette période de la saison il y a Andreas Samaris dont le contrat prend fin le 30 juin 2019. Alors que depuis quelques semaines on parle d’une prolongation de contrat, la situation serait actuellement bloquée.

 

Les benfiquistas le savent, Andreas Samaris arrive bientôt au terme de son contrat ce qui signifierait que le joueur pourrait quitter le club si les dirigeants ne souhaitent pas le prolonger. Récemment, le sujet de la prolongation de son contrat à Benfica a donc pris de plus en plus d’ampleur que ce soit au club ou dans la presse. Il était même dit que les réunions avançaient plutôt bien, les deux parties étant favorables à une prolongation.

Cependant, interrogé sur le sujet, le président du Benfica, Luis Filipe Vieira, a crée une confusion par sa réponse. En effet, il a clairement fait savoir qu’actuellement la prolongation du grec n’était pas une priorité, notamment au vu de l’importance de la fin de saison et des quatre matchs primordiaux qu’il reste à jouer dans la lutte pour le titre mais également parce que les discussions n’aboutissaient pas vraiment.

 

Un blocage financier

Luis Filipe Vieira n’a d’ailleurs pas cherché à cacher la raison de ce blocage. Tout en répondant avec subtilité il a clairement indiqué que le club ne ferait pas au dessus de ses moyens : « Benfica n’offre que les conditions qu’il peut offrir » sous-entendant que le problème était financier. Il a même rajouté que la porte était ouverte à ceux qui n’étaient pas satisfaits de leur situation au club : « Celui qui n’aime pas être ici, n’a pas besoin d’être ici ».

Des déclarations qui ont fait la surprise générale tant chez les supporters que chez le clan grec. En effet, le numéro 22 de la formation benfiquista a la réputation d’un joueur qui a tout montré son affection et tout son respect pour le club que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du terrain, et considéré par une grande partie des supporters comme un joueur qui « mouille le maillot ».

Actuellement le conflit résiderait dans la somme salariale invoquée par les deux parties pour le nouveau contrat. Selon les informations de A Bola, le club ne serait pas disposé à ouvrir plus de 1M€/an tandis que le clan grec demanderait 1,5M€/an.

Samaris contre Moreirense
Photo: SL Benfica

Un problème à régler rapidement

Alors que du côté du club, le président Vieira rejette clairement la responsabilité concernant le gel des négociations sur le joueur, du côté du clan Samaris on estime que le club va devoir faire le prochain pas pour pouvoir relancer la discussion et faire avancer le dossier.

En attendant Samaris se concentre sur sa fin de saison avec les Aigles et notamment sur le prochain match dimanche contre Braga qui est plus que déterminant dans la suite de la lutte pour le titre. Toutefois, le joueur voudrait que le problème soit résolu avant l’arrivée des vacances.

 

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here