Être aux commandes de la Liga NOS à huit journées de la fin du championnat, après une remontée fulgurante est une « opportunité unique » pour le Benfica, qui lutte dès la 1ère journée pour la Reconquista. C’est ainsi que l’entraîneur Bruno Lage a conclu la conférence de presse d’avant-match face à Tondela samedi soir, comptant pour la 27ème journée du championnat portugais.

Comment voyez-vous ce match face à Tondela et vos retrouvailles avec Pepa, l’entraîneur adverse ?

Parler de Tondela c’est premièrement parler de ces retrouvailles avec Pepa. On était ensemble il y a peu de temps parce qu’on a obtenu notre diplôme en même temps. Regarder l’équipe adverse ou Pepa c’est presque la même chose. On parle actuellement d’une personne qui a manqué l’occasion de faire une grande carrière de footballeur pour diverses raisons qu’il a déjà évoquées. Ensuite il a profité de toutes les opportunités que la vie lui a donné. Il y a 10 ans, il était entraîneur adjoint ici des ‘Iniciados’ et il a fait un excellent parcours jusqu’à arriver en première division. C’est ça l’esprit d’équipe de Tondela : vivre au jour le jour, de match en match et s’accrocher à toutes les opportunités possibles. On va le sentir pendant le match, parce qu’on va affronter une équipe qui veut gagner des points et qui lutte pour sa survie. Je me rappelle même que l’année passée ils ont gagné à la Luz. On va affronter un adversaire très difficile de par son organisation, mais aussi pour le moment qu’il traverse et donc qui a besoin de points. Et comme à notre habitude, on doit être au plus haut niveau pour gagner ces 3 points.

Des nouvelles de João Félix, Seferovic et Jardel ? Ils pourront jouer ?

Ils sont à 100% et pourraient jouer.

La trêve internationale fut-elle positive ?

Cela dépend. Pour certains oui, parce qu’on a pu travailler avec eux, pour d’autres non, parce qu’ils étaient au service de leurs respective sélection. Le plus important c’est de s’être entraîné sur des choses qu’on a pas pu faire quand on jouait tous les 3 jours. Certains joueurs ont pu également se reposer, récupérer et être plus frais pour les 2 mois qui restent. C’était également une opportunité pour que tout le monde s’entraîne et se montre. J’en profite pour vous rappeler le jour où on a ouvert l’entraînement au public, c’était une belle journée, une promesse d’ouvrir l’entraînement pour que tout le monde puisse voir et sentir notre manière de travailler, mais également le dévouement que chaque joueur démontre à l’entraînement.

Taarabt pourrait-il être une option pour cette fin de saison ?

A l’époque où j’entraînais l’équipe B il était avec moi, j’ai toujours vu une personne disposée à tout faire pour changer sa situation, parce qu’il a perdu vraiment beaucoup de temps. il a 29 ans et une carrière brillante jusque-là. Après il a perdu beaucoup de temps par sa faute, et il en a conscience. Il travaille tous les jours avec une grande volonté de retrouver le bon chemin. Quand il avait l’opportunité de s’entraîner avec l’équipe principale, je voyais en lui une volonté énorme, comme il l’a fait ces 6 derniers mois. Voyant cela, on a pensé qu’il fallait lui donner une opportunité. Maintenant, tout dépend de lui. Il a joué quelques matchs en équipe B et les opportunités ne dépendent que des joueurs. Jouer en équipe A du Benfica est très simple, il faut faire deux choses : s’entraîner à 1000% et répondre présent quand les occasions se présentent, et les opportunités ne dépendent que des joueurs.

Samedi serez-vous également un supporter de Braga étant donné qu’ils jouent contre Porto et l’importance du résultat ? Autre question, vu que le Benfica va affronter Sporting le 3 avril en Coupe du Portugal, ce match pourrait-il influer sur vos choix pour le match contre Tondela ?

Ma réponse : un double non. Je suis supporter du Benfica, et c’est en se concentrant sur nous même qu’on est arrivé premier au classement. C’est ça notre manière d’être : penser de match en match, on a 3 points très importants à gagner contre Tondela. Après on aura le temps de penser au match suivant.

Après la trêve internationale, le Benfica entre dans un cycle de 8 matchs jusqu’à fin avril. Comment gérez-vous l’effectif au niveau physique à une époque où on est déjà très proche de la fin de saison et qu’il y a des joueurs qui ont déjà 40 ou 50 matchs ?

Pour vous expliquer au détail près on devrait rester ici pendant deux heures. Le plus important c’est de comprendre comment récupère un athlète de 20, 25, 30 ou 35 ans… Deuxième facteur : les blessures. Il faut savoir si les blessures sont chroniques ou non qui peuvent mettre en risque les joueurs. Enfin, les entraînements. On analyse comment les joueurs récupèrent et on fait notre gestion en fonction. Durant ces 3 ou 4 jours on a beaucoup fait ça : des fois on commence un entraînement avec 22 ou 23 joueurs et on termine avec seulement 15 ou 16, la gestion de l’effectif est quotidienne. Il y a des jours où certains terminent plus tôt, le lendemain c’est au tour des autres, et éventuellement l’un ou l’autre peut commencer plus tard. La gestion de l’effectif se fait au jour le jour et individuellement selon chacun, mais sans influer sur nos idées collectives. Selon nous, les choses se passent très bien.

Le Benfica a devant lui encore 8 finales en championnat. Comment se gère cette pression de devoir absolument gagner ?

Être à la première place du classement est une opportunité unique. Ce n’est pas de la pression, c’est de la motivation. La pression qu’on met sur notre travail à vouloir bien faire les choses est notre plus grande pression. Demain [samedi] on sera à nouveau sur le terrain pour essayer de remporter les 3 points, bien jouer, et faire un beau spectacle, parce qu’on jouera devant un stade rempli. Notre seul pression est d’être concentré sur ce qu’on fait, sur ce qu’on peut faire avec et sans le ballon, arriver le jour du match pour reproduire ce qu’on a fait à l’entraînement.

Samaris a peut joué au premier semestre, mais en 2019 il fut un des joueurs les plus importants de l’équipe. Il est en fin de contrat et je vous demande donc : aimeriez-vous comptez sur lui la prochaine saison ?

Au jour le jour. Je ne discute pas de ce qui s’est passé dans le passé. Samaris s’est accroché à l’opportunité qu’on lui a donné et il a répondu présent. Je compte sur lui, comme sur Fejsa et Florentino. Ce sont 3 joueurs qui peuvent jouer dans cette position à la perfection. Samaris peut également jouer comme second milieu (à la place de Gabriel) et il peut même jouer en tant que défenseur central, comme il l’a déjà fait. Ce qui m’importe c’est le présent.

Amoureux et fan inconditionnel du Benfica, je vous fais découvrir ce magnifique club à travers son histoire et son actualité quotidienne. Au programme, records, statistiques, faits et histoires du plus grand club Portugais, et surtout, de l'actualité chaque jour sur le tetra champion national !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here